Les le troisième rang au niveau des maladies

Les troubles alimentaires et la préoccupation à l’égard du poids touchent des filles et des garçons de tous âges, classes sociales, origines ethniques et quelles que soient leur orientation sexuelle ou leur profession. Les filles et les femmes constituent tout de même environ 90% des personnes chez qui sont diagnostiqués des troubles alimentaires cliniques. Quant aux garçons et aux hommes, ils présentent des symptômes très similaires à ceux rencontrés chez les personnes de sexe féminin, excepté bien sûr l’arrêt des règles. Toutefois, ces derniers font face à un problème sérieux ; on leur dit qu’ils ont une maladie de femme. C’est pourquoi ils sont davantage à cacher leurs difficultés de peur d’être jugés ou étiquetés. Heureusement, les professionnels sont sensibles à cette réalité. Ils se montrent ouverts, compréhensifs et exempts de tous jugements à l’égard de la clientèle, qu’elle soit féminine ou masculine.Au Canada, près d’une jeune fille sur trois âgées de 12 à 18 ans est au prise avec une perturbation au niveau de son comportement alimentaire et au niveau de son attitude face à la nourriture (NEDIC). Les troubles alimentaires occupent le troisième rang au niveau des maladies chroniques les plus communes chez les adolescentes (Canadian pediatric society).  L’anorexie, la boulimie et les troubles de l’alimentation non spécifiés de forme moins sévères touchent jusqu’à 100 000 femmes et filles au Québec.  Lorsqu’il est question de troubles alimentaires, rien ne sert de chercher la cause. Il faut plutôt parler des causes et elles sont aussi compliquées et différentes que l’est chaque individu. Les troubles alimentaires sont complexes et seraient causés par une combinaison de facteurs individuels, psychologiques, familiaux, environnementaux et socioculturels. Voici une liste de facteurs. il ya 3  facteur que je vais parler de , facteur individuel , facteur familiaux,  facteurs environnementaux :facteurs socioculturels.sexe féminin, prédispositions génétiques (hérédité), déficit des neurotransmetteurs, puberté / adolescence, il sont pas satisfait de leur corps, essay de perd du poids installé le régime dans leur habitude de manger   restrictif, traits de personnalité faible estime de soi, stratégies d’adaptation difficulté à exprimer les émotions et à s’affirmer, sentiment elles sont  très bipolair, toujours écouté quesque les autres personnes ont à dire.c’est un événements de vie stressants ou traumatiques (séparation, décès, conflits familiaux, abus sexuels ou physiques, déménagement, transition au secondaire, , réseau d’amis limité pas vraiment populaire plus seul. Relations difficiles avec la famille, existence de non-dits, importance de pré- server les apparences, pression de performance, évitement des conflits, dépendance, règles familiales inconstantes et imprévisibles, préoccupations alimentaires ou insatisfactions corporelles chez l’un des membres.